Wybierz język: 

Le premier décembre, l’Église commémore dans la liturgie le bienheureux Charles de Foucauld (1858-1916), un religieux français, missionnaire et ermite qui a passé les années parmi les Touaregs musulmans. Depuis le 3 novembre dure l’Année de Charles de Foucauld qui a été inauguré à Nazareth à l’occasion du centenaire de sa mort.

Le chemin de vie du futur bienheureux a conduit de la France en Algérie, au Maroc, et ensuite de la Terre Sainte et Syrie au Sahara algérien. Toutefois, le chemin intérieur – à partir de l’enfance de pleine foi, à travers l’indifférence religieuse – jusqu’à une nouvelle découverte de la foi et de la vie désertique. Aujourd’hui son héritage est évoqué par environ 20 sociétés diverses et communautés religieuses.

Charles de Foucauld est né le 15 septembre 1858 à Strasbourg dans une famille noble. Il a perdu ses parents tôt, et puis - dans sa jeunesse – aussi la foi et il a gaspillé son héritage. En 1879 il a terminé l’école spéciale militaire et il est entré en service militaire. On l’a réorienté à Oran en Algérie. Là-bas, la culture arabe l’a fasciné. En 1882, il a quitté l’armée et il est parti en voyage au Maroc. Le rapport de cette expédition lui a remporté la renommée.

En 1886 il est retourné en France. Sous l’influence de sa cousine et de son ami, l’abbé H. Huvelin, son futur directeur spirituel, il s’est approché de la foi à nouveau et il s’est converti. Après sa conversion, il a fait un pèlerinage en Terre Sainte (depuis la fin de mois de novembre 1888 jusqu’au février 1889).

En 1890, il est entré chez les trappistes dans l’Abbaye Notre-Dame des Neiges dans les Ardennes. Encore au noviciat, il a demandé d’être déplacé dans un monastère plus pauvre à Acbès en Syrie. Il continuait à chercher sa voie. En 1895 il a commencé à écrire les règles pour de nouvelles communautés religieuses. Il a passé les derniers mois dans la Trappe dans une abbaye romain à Tre Fontane. En 1897 il a été dispensé des vœux monastiques. Il est allé à Nazareth et il a habité à côté du couvent des clarisses.

En 1901 il a été ordonné prêtre. En fin de cette année, il s’est installé dans un ermitage à Béni Abbès en Algérie centrale pour servir les hommes. Il a eu la fonction d’aumônier dans les garnisons françaises en Afrique et il a été conseiller des pouvoirs militaires au Hoggar. À partir de 1904 il est demeuré parmi les Touaregs au Sahara où il a fondé un ermitage à Tamanrasset. Là, entre autres, il a traduit l’Évangile en langue touarègue. Il est mort en 1916, fusillé par un membre d’une secte musulmane sufie senoussite.

Le procès de béatification à l’échelle diocésaine a été clos le 4 mars 2003 à Milan. Une femme, miraculeusement guérie par l’intercession du vénérable, a participé aussi dans la béatification. Le miarcle a été aprouvé par une commission spéciale des médecins.

La Congrégation pour les Causes des Saints a proclamé, dans la présence du Pape Jean Paul II, le décret qui approuvait ce miracle le 20 décembre 2004. Ceci a ouvert le chemin à la béatification du P. Charles de Foucauld. Il a été béatifié par Benoît XVI, le 13 novembre 2005 au Vatican.

 

Copyright® 2016-2017 Pustelnia de Foucauld [Szczecin Skolwin]